Nouvelles

Le modèle du futur : le parc de la Tounka

Le parc national de la Tounka est un de grands territoires spécialement protégés de la Russie. Le parc se trouve en Bouriatie, sa part fait partie du terrain du Patrimoine mondial naturel et se trouve dans la zone écologique central du Territoire naturel de Baïkal.

Le parc national a été fondé afin de sauvegarder les complexes naturels uniques du Saïan oriental, les monts Khamar-Daban. Et le territoire même du parc national se trouve entre deux grands lacs de l’Asie – le lac Baïkal et le lac Khövsgöl Nuur.

Les forêts occupent un vaste territoire du parc – 1 183 662 hectares, c’est le type principal de la végétation : les forêts de cèdres et de mélèzes et les forêts de pins occupent plus de moitié du territoire du parc. Il y a un peu moins de forêts de sapin sibérien, d’épicéa, de bouleau, de tremble, de peuplier et de saules. La faune du parc national de la Tounka est très variée : elle comprend les animaux et les oiseaux qui figurent sur la Liste rouge des espèces menacées – des irbis, des rennes, des pikas de l’Altaï, des tétraogalles, des chats manuls et tous les animaux qui habitent en Sibérie orientale. Les plantes sur la Liste rouge sont représentées par la rhodiola rosea, le rhododendron adamsii, la racine marale, la caragana jubata et beaucoup d’autres. Le parc national est le seul endroit au monde où la megadenia bardunovii (de Tounka) est endémique.

Le parc national de la Tounka est unique aussi par le fait que sur son territoire se trouve le district administratif de même nom, soit le district de Tounka se trouve entièrement sur le territoire du Territoire naturel spécialement protégé. “Il comprend 34 localités, 22 milles d’habitants, et on a beaucoup de stations balnéaires qui attirent plus de 250 milles de visiteurs chaque année”, — explique le directeur du parc national Valeriy Yenzhapovitch Goulgonov. Tel “croisement” impose certaines difficultés sur la vie quotidienne des habitants locaux, aussi bien que sur les activités des agents de conservation de la nature..

“Nous avons aussi d’autres difficultés, pas toutes les questions de l’occupation du sol et les questions de la fourniture des terrains sont régulées. Toutes les entreprises et les agents économiques qui se trouvent dans le parc national de la Tounka, soit dans le district de Tounka, doivent obtenir l'autorisationdu Ministère des ressources naturelles et de l’écologie de la Fédération de Russie. Pour obtenir le permis de construire, il faut aussi faire appel à Moscou, et la même chose est obligatoire pour mettre en exploitation une école, une poste d’aide-médecins et de sages-femmes – les agents économiques et les organisations municipales doivent faire tout ça en passant par le Ministère des ressources naturelles et de l’écologie de la Russie”, — raconte Valeriy Yenzhapovitch.

Vladimir Poutine, qui, en août dernier, est venu au Baïkal, a donné charge au gouvernement de la Russie de réguler la question du régime juridique des terrains des localités qui se trouvent dans les frontières des parcs nationaux.

“Je pense que, d’une part, la vie peut être très difficile chez nous, mais, d’autre part, je suis sûr et certain que tout le district sur le territoire du parc national – c’est le modèle du futur. Le modèle du futur, parce que les gens qui habitent habitent cette région intéressante doivent savoir utiliser les ressources naturelles et dans le même temps conserver les complexes naturels uniques”, — a dit Valeriy Yenzhapovitch.


Source : l’agence de presse RIA Novosti

Опубликовано: 28 December 2017